Le MACS à la Fondation Ophtalmologique A. de Rothschild à Paris. Ou comment organiser le multimédia médical ?

LE CONSTAT La médecine moderne produit de plus en plus de contenus multimédia lors de chaque consultation. Bien que souvent associée à la radiologie, l'imagerie médicale comprend aujourd’hui bien d’autres disciplines telles que la dermatologie, l'ophtalmologie, la cardiologie, la neurologie, etc. Ce ne sont bien sûr que des exemples de départements générant un nombre très important de données (OCT, Champs visuels, ECG, EEG, photos de plaies, etc.) que l’hôpital se doit de pouvoir acquérir, stocker et archiver. La nécessité de répondre à la demande de chacun de ses départements, a parfois poussé les responsables biomédicaux et informatiques par le passé, à multiplier les solutions métiers hétérogènes. Il n'est pas rare aujourd’hui de compter plus de 200 applications informatiques différentes au sein d'un seul hôpital. Il paraît naturel de vouloir regrouper et simplifier cette disparité applicative dans des outils horizontaux, communs à l’ensemble des utilisateurs et médecins de l’hôpital : non seulement pour des impératifs de coûts, mais également pour des impératifs de simplification de formation utilisateurs, d'interfaçage, et de maintenance.  COMMENT ORGANISER CES NOUVEAUX FLUX ? Bien sûr le dossier patient informatisé est un élément clé de l'hôpital moderne. Il se veut l'épine dorsale de l’information hospitalière. Mais il n’est cependant presque jamais architecturé pour stocker, archiver et visualiser du contenu du type image, vidéo haute résolution, et tout autre imagerie de spécialité en provenance des appareils médicaux. Il est évident que l'on ne construit pas de la même manière une base de données et un système de stockage de fichiers de plusieurs méga, de la même manière que des données texte structurées. Fort de son expérience en gestion d’images médicales depuis près de 20 ans, Telemis a développé un système de type MACS - Multimedia Archive and Communication System - permettant de récupérer l'ensemble du multimédia hospitalier de type DICOM et non DICOM. En pratique, ce système se connecte aux différents appareils médicaux (ophtalmologie, ECG, EEG, échographie, endoscopie, etc.) pour récupérer la production au fil de l‘eau et l'intégrer dans une base de données unique. Il ne s'agit pas simplement d'intégrer quelques formats de type PDF, ou d’attendre qu’un matériel médical veuille pousser de l’information. Il y a un réel travail conséquent et minutieux consistant à analyser chaque appareil, sa production d'image, sa mise en conformité potentielle, à nettoyer les données produites pour qu’elles soient prêtes à l’usage pour le médecin, pour un gain de temps optimum. Cela revient parfois à regrouper plusieurs clichés en un seul (100 images à regrouper en une seule pile pour un examen de type OCT ophtalmologie par exemple), réaliser des rotations automatiques de certains documents, identifier les régions anatomiques (œil gauche, droit sur base des noms de fichiers PDF), intégrer des formats propriétaires uniquement visualisables grâce à un outil fourni par un tiers. Sans parler bien évidemment du travail conséquent de récupération de bases de données existantes pour consolidation et archivage long terme. Ce système MACS a déjà été mis en place dans de nombreuses institutions. Philippe Rouilhac, Directeur du Système d'Informations de la Fondation ophtalmologique Rothschild témoigne : "En dehors de la radiologie, le monde de l'image médicale est un monde moins normé, moins organisé - au sens IT du terme. Il nous fallait un système extrêmement flexible mais surtout extrêmement efficace d’un point de vue organisationnel. Ce système devait être à la hauteur du volume de patients traités à la Fondation et de l’expertise de nos praticiens. Avec un tel niveau d'exigence (plus de 1200 consultations d’ophtalmologie par jour), connecter un département au MACS correspond à un projet humain et technologique avec un accompagnement particulier indispensable.» Et de conclure : «Aujourd’hui, le MACS, en complément du dossier patient, constitue un pilier majeur et indispensable de notre fonctionnement quotidien. Il nous simplifie grandement la tâche en termes de gestion, de maintenance, et d'archivage ». De plus l’approche all inclusive de Telemis en termes de prestations, permet de maîtriser totalement les coûts et les déploiements. CONCLUSIONS Le monde hospitalier moderne doit posséder trois éléments complémentaires,  DPI pour les données structurées, un environnement de stockage de l'imagerie et une base documentaire pour tout le reste.Un système MACS permet de gérer la complexité des formats multimédia divers, aujourd’hui partie intégrante du « dossier du patient ». Intégrés l'un à l'autre, ces deux éléments vont permettre de simplifier la vie des utilisateurs, et de leur faire gagner un temps précieux. Ces logiciels combinés permettent de minimiser le temps de recherche, le temps de formation, et globalement le support et la maintenance nécessaires pour les utilisateurs, tout en fiabilisant l’archivage de ces données. Les mots clés de cette philosophie sont flexibilité, intégration et maîtrise des coûts.   24/08/2017

Telemis étend ses capacités PACS avec un nouveau module de mammographie et une fonction de surveillance comparative améliorée.

Telemis étend ses capacités PACS avec un nouveau module de mammographie et une fonction de surveillance comparative améliorée    La version 4.8 de la plateforme d'archivage et de transmission d'images combine de nouveaux outils pour les radiologues, des fonctions évoluées, et une connectivité mobile    Louvain-la-Neuve, (Belgique), 10. novembre 2016 – Telemis, le spécialiste des solutions d'imagerie médicale, lance une nouvelle version de son célèbre logiciel PACS (Picture Archiving and Communication Software, ou logiciel d'archivage et de transmission d'images). La version 4.8 de la plateforme logicielle d'archivage et de transmission d'images médicales, Telemis Medical, dispose de fonctions de diagnostic de mammographie et de comparaison améliorées, ainsi que de puissantes capacités de visualisation pour les utilisateurs d'appareils mobiles. Cette nouvelle version simplifie également encore le partage de données d'imagerie médicale entre praticiens et entre établissements médicaux.   Telemis-Medical PACS 4.8 propose de nouveaux outils aux radiologues dans certains secteurs spécialisés comme la sénologie, tout en facilitant la comparaison d’images multimodales. Le module de diagnostic mammographique a été complètement revu pour permettre une gestion intelligente et efficace des images de tomosynthèse, et pour améliorer la gestion des données d'affichage multimodales.     La nouvelle version du logiciel permet de calculer le temps de doublement selon le critère d'évaluation RECIST (Response Evaluation Criteria in Solid Tumors, ou critères d'évaluation de réponse des tumeurs solides) et permet de fusionner instantanément les images provenant d'examens multimodaux.  L'outil de visualisation et de traitement d'images DICOM-RT a été revu et intéressera les radiothérapeutes, en permettant la collaboration et la discussion entre différentes disciplines. Désormais Telemis-Medical PACS 4.8 supporte aussi les fichiers DICOM-PDF en natif.   Pour développer la dernière version de son logiciel, Telemis a continué de mettre l'accent sur la communication et la mobilité. Les utilisateurs de tablettes ont accès à toute la puissance des applications de visualisation pour interpréter les images issues de différents départements. Ceci inclut le transfert sécurisé d'images, vers ou en provenance de tiers externes, notamment de médecins intervenant à domicile.    Stephane Ketelaer, Président Exécutif du groupe Telemis, déclare : « Avec cette nouvelle version, nous combinons des progrès dans plusieurs domaines spécialisés et des capacités de transfert d'images vers des outils extérieurs à l'environnement PACS, tout en facilitant la communication entre spécialistes. Grâce à cette nouvelle version, les professionnels de santé peuvent aller au delà de la simple transmission d'images et transférer tout un contexte médical par communication sécurisée, sans risquer de compromettre la confidentialité des patients. »   La version 4.8 de Telemis-Medical PACS sera lancée lors de la conférence annuelle de la RSNA (Radiological Society of North America) qui se tiendra à Chicago du 27 novembre au 2 décembre 2016. Comme les années précédentes, Telemis profitera de la conférence RSNA pour présenter ses derniers prototypes et ses technologies de pointe. Les visiteurs pourront partager leurs points de vue avec les développeurs et les ingénieurs de Telemis, discuter des avantages des divers concepts présentés pendant l'exposition, et voter pour les prototypes technologiques ayant leurs préférences. Les concepts qui auront rassemblé les plus grands nombres de votes seront susceptibles d'être incorporés aux futures versions de Telemis-Medical PACS.   14/11/2016  

Telemis annonce sa 14ème année consécutive de profits, solde sa dette et jette les fondements d'une croissance future.

Bilan solide, investissement continu et nouveaux projets constituent la base de davantage de profits   Louvain-la-Neuve, (Belgique), 8. Septembre 2016 – Telemis, le spécialiste de l'imagerie, de l'archivage et de la transmission d'images médicales, vient de présenter ses résultats pour son exercice 2015-2016, qui montre une quatorzième année consécutive de profitabilité et un renforcement significatif du bilan. Par la même occasion, l'entreprise confirme ses anticipations de croissance de ses activités PACS pour l'exercice fiscal 2016-2017.   Au cours d'une année qui a vu l'entreprise rembourser 38% de sa dette, le dernier exercice fait état d'un profit avant-impôts de 323.631 euros pour un chiffre d'affaires de 6.838.864 euros. Le bilan de la société reste solide avec des capitaux propres supérieurs à 6.5 millions d'euros.   Au cours de cet exercice, Telemis a annoncé une nouvelle version de son logiciel PACS (Picture Archiving and Communication System, ou système d'archivage et de transmission d'images) qui fournit un certain nombre de nouveaux outils aux radiologues. PACS 4.7 intègre un outil de visualisation de résonance magnétique à 4 dimensions, des capacités de « suivi de tumeur », et un système de suivi de mesure de volume plus efficace. Le travail des cliniciens se trouve encore simplifié par la disponibilité de la visualisation 3D et la capacité de transférer des images médicales à 360°.   L'un des facteurs de succès significatifs de la société est sa capacité à répondre aux besoins particulièrement élevés de performances, de fonctionnalités et de services des hôpitaux universitaires comme le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Limoges. Le système PACS Telemis-Medical en service dans cet établissement de 2010 lits, a fait l'objet de retours extrêmement positifs des utilisateurs, aussi bien en termes de technologie PACS qu'en termes de support apporté par Telemis.    Les derniers résultats ont été annoncés lors de l'assemblée annuelle des actionnaires du groupe Telemis, où Stephane Ketelaer, Président du Groupe Telemis, a qualifié cette année d'exercice de consolidation, en indiquant: « Nous sommes parvenus à réaliser notre quatorzième année consécutive de la profitabilité en dépit d'un contexte commercial sensiblement plus difficile avec notamment des restrictions budgétaires dans certains de nos principaux marchés. Nous avons saisi l'opportunité de renforcer notre bilan en apurant notre dette, nous avons continué d'investir de manière significative en recherche et développement, et nous avons sécurisé un certain nombre de nouveaux projets. »   Il ajoute : « Grâce à l'enregistrement des chiffres de nouveaux projets prévus pour l'exercice prochain, et au renforcement de notre présence dans les "CHU", associés aux avantages supplémentaires que la solution PACS Telemis-Medical est capable d'offrir aux établissements médicaux du monde entier, nous comptons bien tirer parti de notre situation financière solide pour continuer à développer notre activité mondiale en 2016-2017 et au-delà. »   19/09/2016

Une intégration bidirectionnelle réussie lors d'une évolution de système RIS.

Une intégration bidirectionnelle réussie lors d'une évolution de système RIS La Clinique Saint-Jean à Bruxelles compte 558 lits et 1.400 collaborateurs répartis sur trois sites (Botanique, Méridien et Léopold I). Elle propose l’ensemble des services médicaux somatiques et de santé mentale. Elle dispose de la chirurgie cardiaque, de la radiothérapie, de la neurochirurgie et d’une maternité de plus de 2.200 accouchements par an.  C’est en 2007 que la Clinique Saint-Jean a choisi le PACS Telemis. Depuis, cette collaboration n’a cessé d’évoluer. Outre dans le domaine de la radiologie, Telemis fournit son expertise à travers différentes applications dans les domaines de la cardiologie, la radiothérapie, l’échographie vasculaire, l’imagerie en salle d’opération et la médecine nucléaire. Dr. Christian Venet   La Clinique Saint-Jean a récemment pris le parti de faire évoluer son système RIS pour passer à une version plus puissante et précise. C'est ainsi que la société SBIM (Société Belge d'Informatique Médicale) a proposé le tout nouveau logiciel MEDES (Medical Efficient Solutions). Pour SBIM, l'implémentation du système à la Clinique Saint-Jean ainsi que son intégration avec le PACS de Telemis était un projet pilote.   Le challenge consistait à migrer l’ancien RIS vers le nouveau mais également de conserver une parfaite intégration avec le PACS Telemis. C’est en effet depuis plus de neuf ans que le système de gestion d’images Telemis-Medical est utilisé quotidiennement pour acquérir, stocker, archiver et diagnostiquer les images radiologiques.   Une intégration dans la souplesse   Lors de l'intégration avec le nouveau système, la priorité pour Telemis était de garder les habitudes de chaque utilisateur et de prendre en compte la particularité multi-sites de la Clinique Saint-Jean. Les fonctionnalités et configurations PACS ajoutées au fur et à mesure des huit upgrades réalisés devaient être préservées, tout en s’ouvrant à de nouvelles possibilités. « Le système est pensé pour pouvoir s'adapter aux différents types de fonctionnement de tous les services de radiologie. » souligne le Dr Christian Venet, chef de service Radiologie à la Clinique Saint-Jean.   Des processus simples… pour l’utilisateur   L'intégration « front-end » a été revue pour faciliter le travail et raccourcir la quantité d'opérations à exécuter pour passer d'un dossier à l'autre. Un exemple parmi d’autres est la récupération automatique de la conclusion du compte-rendu du RIS dans le PACS. Cela donne directement une indication diagnostique aux cliniciens en un minimum de temps. C'est la grande simplicité des processus et la puissance de l'intégration qui donne à cette collaboration un excellent résultat pour ce projet.   Une collaboration qui porte ses fruits   En combinant l’expertise PACS et l’expertise RIS, le radiologue bénéficie d’une solution parfaitement adaptée au marché belge, où la symbiose entre les deux solutions est évidente et forte de plus de douze ans de collaboration entre les deux plateformes.   20/07/2016

Pages

Subscribe to telemis.com RSS