Une archive régionale... ou plutôt cantonale !

Le canton de Neuchâtel et son archive externalisée
Les hôpitaux du canton de Neuchâtel en Suisse ont fait le choix en 2011 d'installer un PACS Telemis, et de relier les 7 établissements au sein d'un même réseau d'images. Le projet comportait un volet de récupération d'une archive PACS existante, et l'installation d'une archive cantonale, pour stocker en un endroit unique, sécurisé et décentralisé toutes les images médicales produites depuis 2004. Aujourd'hui plus de 9 ans d'examens de radiologie, medicine nucléaire et radiothérapie (DICOM-RT) sont externalisés en dehors de toute structure hospitalière, au sein du Centre Electronique de Gestion de Neuchâtel, tous les hôpitaux publics du canton y accédant de manière instantanée.

Le Centre Electronique de Gestion de Neuchâtel (CEG)
"Le Centre Electronique de Gestion (CEG) est le siège informatique de la ville de Neuchâtel», commente Mr. Daniel Crevoisier, Chef du CEG. «Son activité s'étend de la gestion de projets techniques d'installation à la maintenance des systèmes mis en place. Le canton de Neuchâtel est doté d'un réseau reliant tous les bâtiments des collectivités publiques neuchâteloises, au travers d'une liaison haut débit (1Gb/s)".
Le CEG abrite depuis 2 ans l'archive complète des images médicales du canton. Une copie de cette archive est également réalisée quotidiennement à l'extérieur du bâtiment, afin d'apporter toutes les garanties en terme de pérennité des données.
C'est également le CEG qui héberge le serveur TM-Publisher Web permettant la diffusion des images à l'usage des médecins de ville, et d'élargir le concept d'hôpital sans film à celui de région sans film !

Pourquoi ce choix d'archive centralisée et externalisée ?
La principale motivation était de répartir les risques en terme d'archivage et de simplifier la maintenance des systèmes sur les sites périphériques : une architecture à la fois centralisée au CEG et distribuée localement sous forme de stockage temporaire des derniers mois d'archive. En cas d'indisponibilité d'un des trois serveurs, l'utilisateur aura donc deux autres possibilités d'accéder aux images. Christian Isch, Chef de projet PACS à Neuchâtel, confirme : "Le fait de disposer d'une telle sécurisation rend transparent les opérations de maintenance matérielle et réseau. Les quelques rares arrêts programmés nécessaires à l'évolution de notre infrastructure n'ont même pas été ressentis par les utilisateurs !"

Le bilan ?
Mr. Fabrizio De Biase, Chef de projet technique PACS du CEG, conclut : "Le bilan est excellent. L'architecture retenue orientée sur la simplicité et l'efficacité confirme toutes nos attentes".
(29 mars 2013)